Interview/JIED: le Président de l’association Otogbui, Koffi Dotsè Kpoti livre les secrets du vieux sage

LAVERTE -25/05/2020- Le monde entier célèbre ce 25 mai, la Journée internationale des enfants disparus. Et pour se rappeler de ces milliers d’enfants sans soutien dans le monde et particulièrement au Togo, notre rédaction s’est entretenue avec un jeune Togolais qui depuis bientôt une dizaine d’années s’est donné  pour mission d’accompagner les enfants démunis à travers des vivres, des vêtements, des fournitures  scolaires… grâce à  son association.
Connu sous le pseudo Dos Héros, le jeune Graphiste de formation et promoteur culturel a accepté répondre à nos questions.

Lisez plutôt !

La Verte: Le monde entier célèbre chaque 25 mai les enfants disparus mais depuis plusieurs  années  déjà, vous vous êtes  engagés aux côtés de ces enfants afin de leur donner le sourire. Pourquoi avez-vous estimé nécessaire de prendre soin des enfants démunis?

Dos Héros: D’abord j’aimerais dire bonjour à vous et à tous vos lecteurs et surtout un grand merci d’avoir pensé aux enfants démunis ainsi qu’à notre  association en cette journée mondiale des enfants disparus.
Un enfant est une grâce, une bénédiction divine et tout ce qu’il y a de plus important, c’est prendre soin de lui, le mettre dans les conditions les meilleures  pour qu’il ne soit pas livré à lui-même pour lui garantir un avenir meilleur et une vie épanouie.

Qu’est-ce que vous faites exactement pour ces enfants démunis et où trouvez-vous ces enfants que vous prenez en charge?

Nous aidons les enfants démunis en offrant les vivres, les vêtements et les suivons dans leurs différents domaines éducatifs soit à  l’école  ou en apprentissage. Actuellement, nous avons un projet pour venir au secours de ces enfants en cette période de confinement face à  la pandémie  du Coronavirus pour profiter  de les sensibiliser sur les gestes barrières contre Covid 19.
Les populations nous font appel lorsqu’elles trouvent certains d’entre eux et aussi mais pour la plupart, nous les trouvons dans la rue ou par l’intermédiaire de nos
proches.
Ces enfants démunis sont des enfants laissés à eux-mêmes ou des enfants dont les parents ne disposent pas assez  de moyens pour subvenir à  leurs besoins.

Quels messages à l’endroit de ceux qui nous lisent et comment pensez-vous que les populations doivent se comporter envers ces enfants démunis ou ces enfants disparus?

Comme j’ai eu à le dire, un enfant est une grâce et c’est notre devoir de prendre soin de lui car, lorsqu’on prend soin de ce dernier, on prend soin de l’humanité toute entière. C’est pour cela que j’exhorte tout le monde à apporter selon ses capacités une aide à ces enfants.

Un mot de fin!

J’aimerais au nom de l’association « OTOGBUI » c’est à dire « le Vieux Sage » remercier d’abord   le Tout Puissant pour sa grâce et ensuite à tous les personnes physiques et morales qui nous ont toujours aidées et nous profitons  aussi pour  tendre la main à ceux là   qui voulaient bien aussi  nous aider ou nous accompagner dans cette mission très large. Je ne pourrais non plus me taire sans vous remercier  pour cette opportunité que vous nous avez donnée.  OTOGBUI, élàtsè nami gôdô… À tous les Africains à  travers le monde, je dédie   cette journée. Africains, fiers d’être. Réjouissons – nous!

Interview  réalisée  par  Maurice  AGBOSSOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *